lundi 3 novembre 2014

Les Cobayes : écrire le plan

Comme je l'ai écrit, nous avons tous passé une nuit mouvementée après le mystérieux 5 à 7. Comment sortir de là sans être hyper-inspirés? En moins d'une semaine, nous avons tous déposé un pitch de personnage sur notre groupe secret Facebook. Les responsables à la tête du projet, appelons-les Les Mortagnettes, se sont empressées de faire un retour individuel avec nous afin d'assurer une cohérence à travers tous les plans, et ce, dès les premiers balbutiements de nos personnages.

Une fois les synopsis acceptés, nous sommes retournés dans nos tanières afin de produire un plan détaillé (chapitre par chapitre) de notre roman. Date butoir : août, septembre et octobre 2013, selon la date prévue de sortie du roman (ouais, il fallait voir loin de même). Pour toi, auteur intrigué, j'ajoute que les plans tournaient autour de 5-6 000 mots.

Les Mortagnettes ont lu et commenté tous les plans et rencontré chaque auteur afin de cerner les éléments à travailler et d'éviter les incohérences avec les autres plans (parce qu'il y en avait, tu t'en doutes, n'est-ce pas?). Il devenait évident qu'il fallait se refaire une séance de groupe.

Samedi le 1er février 2014, retour aux bureaux des Éditions de Mortagne. Attirail sur mesure : plans, feuilles de notes, ordinateurs, photos, références visuelles, artistiques, musicales, cinématographique, etc. Nous étions prêts.

De gauche à droite : Martin Dubé, Marc-André Pilon, Alain Chaperon,
Carl Rocheleau, Eve Patenaude et Marilou Addison. Manquante : Madeleine Robitaille.

Prochain billet : la cohérence de l'entourage.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire