mercredi 22 avril 2015

Classcraft, conséquences sociologiques

J'avais des attentes lorsque j'ai choisi d'intégrer Classcraft à mon approche pédagogique. 

Je voulais augmenter le taux de participation en classe. Ç'a marché. J'obtiens toujours une réponse à ma question. Toujours. Et les lâches sont rapidement ramenés à l'ordre (ou abandonnés) par les membres de leur équipe.

Je voulais diminuer le taux d'absentéisme. Ç'a fonctionné aussi. J'ai des étudiants qui affirment ouvertement qu'ils sont venus pour connaître l'événement du jour (événement aléatoire allant de « Carl chante une chanson » à « Tout le monde perd 20 points de vie ».

Je voulais avoir du fun. Mission réussie. Rien de plus agréable que de s'exclamer : « Julien, vingt points d'XP! »

Mais je ne m'attendais pas à ceci :

samedi 18 avril 2015

La fin de session, à la Classcraft

Au cégep, c'est déjà le temps des bilans. Pourtant, avec Classcraft, la fin de session est différente. Je m'explique.

En temps normal, la fin de session, c'est le moment où les étudiants se relâchent dans certains cours afin de se concentrer sur ceux qu'ils considèrent importants.

lundi 23 février 2015

Classcraft, quelques semaines plus tard


C'est le temps de faire un suivi.

La routine du cours ressemble à ça :

1- Arrivé dans le cours, je prends les présences et je donne des points d'expérience aux présents (ça les motive royalement et, comme on est au cégep, pas question de les menacer d'appeler leurs parents). Les absents perdent 10 points de vie. Les retardataires perdent 5 points de vie. Les étudiants qui ont oublié du matériel perdent 5 points de vie. Au début, c'est un vrai massacre. Après deux cours, c'est beaucoup mieux :)

samedi 31 janvier 2015

Classcraft, les premiers pas

Même si j'ai tendance à l'oublier, mon travail est celui d'enseignant. L'année passée, en blague, je disais à un ami que je voulais donner des points d'expérience à mes étudiants travaillant et faire perdre des points de vie à mes étudiants moins assidus (parce que ça existe, des étudiants qui n'ont pas le goût de suivre un cours de français obligatoire...).

Mon ami me parle alors, vaguement, d'un bref reportage sur un prof de Sherbrooke qui faisait ça en classe. Avec une brève recherche youtube, je suis tombé là-dessus :

mardi 16 décembre 2014

Mes films de Noël 16 : Die Hard (Piège de cristal)

Ce que j'aime des films d'action, c'est qu'ils doivent trouver un prétexte à l'action. Le film qui a fait ça le mieux, selon moi, c'est John McTiernan, le réalisateur de Die Hard.

vendredi 12 décembre 2014

Mes films de Noël 15 : Maman, j'ai encore raté l'avion

Bon, celui-là, mes enfants ne l'ont pas encore vu. L'ambiance glauque et effrayante de la ville (et de Central Park) stimulerait trop l'imagination de ma fille, qui se ferait un plaisir de raconter des histoires de peur à mon gars.

jeudi 11 décembre 2014

Mes films de Noël 14 : Maman, j'ai raté l'avion

Ça fait partie des classiques, un bon film comme ça. Un film qui fait rire les enfants et sourire les parents, avec une belle morale : des fois, même si t'as le goût d'abandonner les petits dans le grenier, tu sais que, dans le fond, tu les aimes profondément.