jeudi 5 janvier 2017

Bilan 2016, projets 2017

Me voilà donc à la fin d'une nouvelle année. Une année qui fut hallucinante, si on considère que le dernier billet publié ici date justement de l'année dernière, moment où j'ai fait le bilan de l'année 2015. Comme je n'ai pas écrit de billet de l'année, celui-ci est plutôt long, mais j'ai séparé les sections pour que tu choisisses le bout que tu veux lire ;)

J'ai publié deux livres

En octobre a donc paru L'enlèvement (collection "Fait vécu", édition de Mortagne), où je raconte l'histoire de ma soeur aînée, enlevée à l'âge de huit ans à la sortie de l'école. La couverture médiatique entourant la parution de ce livre n'est pas seulement due à la qualité de mon écriture (!), mais bien au travail acharné de mes éditrices et de la boîte de communication engagée pour me trouver des entrevues. Bref, tout le monde pense que je vends des livres en quantité astronomique quand, en fait, tous les livres sont en librairies, donc je n'ai aucune idée de si ça vend ou pas. Et quand bien même on vendait tous les exemplaires, je ne pourrais pas arrêter de travailler pour me consacrer à l'écriture, contrairement à ce que certains peuvent croire ;)

Ouais, j'étais vraiment content de voir Claude Poirier.
En novembre a paru Théo et le Minotaure (collection "Anicroche", édition du Porte-Bonheur), qui raconte l'histoire d'un garçon de première secondaire qui consacre son été à devenir "gros", car il est certain qu'une musculature de "boeuf" lui assurera que sa soeur et lui ne vivront pas d'intimidation l'année suivante. À mesure qu'il "grossit", il ne remarque pas que sa soeur s'efface. Bref, une porte d'entrée pour parler des troubles alimentaires avec les enfants de 8 à 11 ans.

J'ai participé à sept salons du livre

Outaouais. C'était ma première fois... Les gens y étaient très sympathiques, et j'y retournerai assurément.

Trois-Rivières. Petite fin de semaine relaxe. J'ai pu voir ma gang des Six Brumes, que je n'avais pas serrer dans mes bras depuis longtemps. J'étais fier de représenter les éditions de Mortagne comme un seul homme. J'ai aussi fait une très belle rencontre (voir plus bas) et j'ai reçu la confirmation d'une éditrice qu'un de mes manuscrits (retravaillé et remanié 4 ou 5 fois en entier) était accepté pour 2018 (yé!).

Québec. Comme j'étais sur les mêmes horaires que mon amie Arielle Desabysses, j'ai passé beaucoup de temps à boire du vin et à constater à quel point j'étais plus à l'heure qu'elle ;) J'ai eu la chance de signer avec trois autres auteurs de la série Cobayes, ce qui n'arrive normalement qu'à Montréal. Autre grand moment : quand une lectrice nous a surpris, Emmanuel Lauzon, Yvan Godbout et moi, en train de se crémer les mains en constatant la sécheresse de l'endroit...

Madeleine Robitaille, moi, Marilou Addison et Yvan Godbout
Saguenay. Où j'ai passé le plus clair de mon temps à jouer à des jeux de société avec Aimée VerretPatrick Senécal, Fannie Therrien et David Bélanger-Therrien. J'ai d'ailleurs lavé Aimée, Fannie et David à Monopoly Fallout. J'ai aussi découvert que j'étais le jumeau culinaire d'une de mes éditrices (salut, Marie-Ève!) et qu'Emmanuel Lauzon était très célèbres dans les bar/pizzeria. Comme d'habitude, je prends le temps de me bouffer une pizza avec mon cher ami François-Bernard Tremblay.

Fannie Therrien, Patrick Senécal, David Bélanger-Therrien et moi
Estrie. Visiblement, Emmanuel et moi passons beaucoup de temps dans les salons! Mon gros moment fut le samedi, où ma soeur m'a accompagné afin de signer le livre L'enlèvement. De belles rencontres ont aussi eu lieu.

Rimouski. Comme d'habitude, j'ai vidé le kiosque de mes exemplaires de Benoit. Chaque année, c'est pareil, le distributeur me sous-estime... Encore une fois, beaucoup de temps passé avec Emmanuel Lauzon. Une maudite chance qu'on s'entend bien!

Montréal. Dernier salon de l'année, celui que j'aborde avec le plus de calme. Je sais que je vais pogner un creux hallucinant dans les jours qui le suivront à l'idée que le prochain salon n'arrivera pas avant presque trois mois. Pendant ce salon, j'ai eu un peu plus de temps pour jaser avec Madeleine Robitaille, ma comparse du projet Cobayes, mais aussi avec Mario Boivin et Julie Marcotte, une auteure de chez de Mortagne avec qui j'ai bien l'intention de jaser davantage au prochain salon. Comme chaque vendredi soir au salon de Montréal, les auteurs ont pu rencontrer les auteurs de la série Cobayes. Je vous le confie, c'est le moment que j'attends toute l'année. Sans joke. J'ai pas de vie.

Moi, Yvan Godbout, Martin Dubé
Madeleine Robitaille, Eve Patenaude et Marilou Addison
Mes bons coups de l'année

Les rencontres.
À Trois-Rivières, il y avait cette auteure chez Espoir en canne qui semblait connaître les Six Brumes. Comme nos kiosque se faisaient face, elle est venue me jaser ça. En une fin de semaine, je me suis lié d'amitié avec cette super fille qu'est France Gosselin. Je vous recommande de consulter sa page si vous avez des ados qui aiment la musique, car ses livres s'adressent à eux. J'en ai profité pour avoir une longue discussion avec ma chère Geneviève Blouin, question de m'apercevoir que, bien qu'on niaise souvent, on est aussi capable d'être sérieux.

Le 30 juillet, je me suis retrouvé avec une belle gang d'auteurs au McKibbin's, question de prendre des nouvelles de tout le monde. Disons que le dernier salon du livre (et le congrès Boréal) était loin, et que le prochain l'était tout autant. Bref, ce fut un super soirée avec beaucoup d'auteurs du milieu (ce qui veut aussi dire que le nombre de chandails avec de drôles de messages était décuplé).

Donc, en haut, Jess B Therrien,  Isabelle Lauzon, Pascale Raud, Geneviève Blouin, Enola Deil et Philippe-Aubert Côté.
En bas, Pierre-Alexandre Bonin, moi, la fille de Dave Côté, Dave Côté, Guillaume Voisine, Luc Dagenais, Ariane Gélinas et Frédérick Durand.
Au Saguenay, dès le premier jour, une nouvelle auteure des éditions De Mortagne m'accroche par le bras en disant à une homme étrange que j'étais son mari. Je n'ai pas compris sur le coup. J'ai mis du temps à comprendre (OK. j'avoue, j'ai juste pas compris), mais ç'a été suffisant pour refroidir les ardeurs du monsieur qui collait un peu trop le kiosque de Fannie Therrien. Je suis aussi tombé sous le charme de son amoureux, le grand David Bélanger-Therrien. Les deux humains avec le plus de répartie que je connais. Passer du temps avec eux est toujours un plaisir.

Le Saguenay m'a aussi permis de mieux connaître Samuel Champagne et Mario Boivin, deux auteurs de chez de Mortagne. J'ai trouvé en Samuel un nouveau comparse de course, mais aussi un gars drôle et touchant (et amateur de jeux de société). Quant à Mario, quand ce gars-là vous parle et vous écoute, c'est comme s'il s'ouvrait entièrement à vous. C'est très relaxant de passer du temps avec lui :)

En Estrie, j'ai rencontré Caroline Langevin, une auteure tombée dans la chicklit sans même s'en rendre compte. Une fille avec de l'humour et de l'esprit, qui me rappelait l'énergie de ma soeur aînée. Le samedi, quand justement ma soeur est venue avec moi pour signer L'enlèvement, elles sont devenues de super amies! Le samedi a aussi été une occasion d'aller souper avec ma soeur, Caroline, ainsi que Chloé et Audrey Couture, deux jeunes soeurs publiées aux Six Brumes. Leur énergie est revigorante et unique, vous passerez les voir au prochain salon de l'Estrie.

À Rimouski, j'ai signé aux côté de la petite mais énergique Julie Tremblay, publié aux éditions Vent d'ouest. On a parlé longuement d'enfants, de camping et de langue française, alors imaginez mon plaisir! J'ai aussi fait la rencontre de François Bérubé, un grand gars sympathique que je vous souhaite de rencontrer. J'ai finalement pu changer plus d'un mot avec Rodéric Chabot, l'éditeur à l'origine de la maison d'édition Espoir en canne, mais également auteur. Belle philosophie, bonne vibe. Faut vraiment que je boive une bière avec ce gars-là, le seul qui prenait la peine de faire un détour à mon kiosque chaque jour pour voir quel chandail je portais (j'aime porter des chandails amusants).

Les animations.
Chaque année, je fais de plus en plus d'animations. Et c'est toujours agréable et différent. Cette année, je me suis retrouvé à Saint-Hyacinthe pour le secondaire, à Wickham pour le primaire, à Drummondville pour le secondaire, à Saint-Edmond et Drummondville pour les bibliothèques et, finalement, à Saint-Rosaire (près de Mégantic) pour la MFR du Granit. Cette dernière animation fut très intéressante, puisque j'y étais exclusivement pour présenter la série Cobayes à des étudiants qui, pour la plupart, n'étaient pas grandement intéressés par la lecture. Mission réussie.

Avec un des groupes rencontrés au MFR du Granit
Ce qui s'en vient en 2017

À cause d'une année très difficile, je recommence à peine à écrire, ce qui veut dire que ce qui paraîtra en 2017 a été écrit il y a au moins un an. Voici donc ce que vous lirez de moi en 2017 :

- Je me suis joint à deux auteures hyper-énergiques pour créer un ouvrage de référence sur l'écriture (titre à venir).
- Je participe à une anthologie d'horreur regroupant une douzaine d'auteurs. Ma-la-de. Titre à venir aussi.

Mes projets d'écriture pour l'année

Je l'ai dit, je recommence à écrire, alors voici :

- Une bande-dessinée basée sur une série télé (à paraître en 2018)
- Le grand Louis (titre provisoire), un album jeunesse (à paraître en 2018)
- Une anthologie des textes SF que j'ai écrits de 2005 à 2010 (à paraître en 2018)
- Laurence adaptée en BD (ouais, on travaille encore là-dessus)
- Soleil de glace, la suite de L'Aquilon
- Un roman sur un roadtrip (en collaboration avec mon ami Mathieu Fortin)
- Deux projets de romans pour la collection tabou chez de Mortagne
- Une fanfiction sur Mini (Benoit, Cobayes, de Mortagne), qui paraîtra sur ce blogue durant les prochains mois.

8 commentaires:

  1. Lol! Juste ta liste des projets en cours m'épuise! Et j'en reviens pas de tout ce que tu as fait dans ton année!

    Je te souhaite que 2017 soit moins dure que 2016. Beaucoup, beaucoup moins dure.

    Ah pis c'est toujours le fun de te lire ici, je dis ça de même... ;)

    RépondreSupprimer
  2. Tu me fais penser que j'ai oublié de mentionner notre brève soirée bière et chips avec... la jeune auteure de chez Ada (?).
    T'sais, des projets, tant qu'on les termine pas, ça veut rien dire ;)
    Je prépare plusieurs billets pour cette année, alors tu ne seras pas déçue :)

    RépondreSupprimer
  3. Il me fait toujours plaisir de te retrouver au Salon du livre de l'Estrie pour un brin de jasette.

    Bonne année 2017 et au plaisir de te revoir bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai! Tu es une incontournable! ;)

      Supprimer
  4. T'as pas parlé non plus de la réunion du McKibbins Club! ;) (Cristelle? chez Ada? Chantelle? quelque chose comme ça... demande-moi de retenir 23 dates et 45 mots latins, mon cerveau répond "présent", mais pour les prénoms et les faces de gens pas encore mort, j'suis nulle! lol!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'as raison, ça m'apprendra à pas prendre de notes pendant mon année ;)

      Supprimer
  5. Grosse année passée, belle année à venir!

    RépondreSupprimer